L'ERE JEAN VINCENT (1976 - 1982)

Le sucesseur à José Arribas, n'est pas, comme le pensait ou l'espérait le milieu du football, Jean Claude Suaudeau mais Jean Vincent. Avec 46 sélections en Equipe de France et laparticipation à la Coupe du Monde de 1958, il est de l'épopée rémise des années 1950. Le transfert est confirmé le 4 juillet 1976. A la signature, Louis Fonteneau ne lui cache pas ses ambitions: "une Coupe me ferait plaisir". Il intgre trés vite des jeunes joueurs tels que Amisse, Pécout ou Baronchelli au détrimant de Triantafilos et Gadocha.

Jean Vincent

Sur le premier match à Metz, huit des titulaires sont issus des purs produits nantais. Le 18 décembre 1976, Le F.C.N. prend la tête du championnat qu'il ne lachera plus. Il creuse l'écart sur ses poursuivants jusqu'à neuf points au soir de la 34ème journée, qu'il conserve jusquà la fin du championnat. Nantes est Champion de France pour la quatrième fois. En Coupe de France, le F.C.N. réalise un trés beau parcours. Ils seront éliminés par leur principal rival de l'époque, les Verts de Saint Etienne, aprés deux matchs extraordinaires. Le F.C.N. l'emporte 3-0 à Marcel Saupin devant 25 455 spectateurs, mais sont défaits à Geoffroy Guichard 5-1. Le cinquième but stéphanois est marqué lors des prologations à la 129ème minute. Il n'a manqué que 60 secondes aux Canaris.

  L'équipe 1976 - 1977

Le championnat 1977/78 tourne trés vite à une course poursuite entre l'A.S. Monaco, l'Olympique de Marseille, l'O.C.G. Nice et le F.C.N.. A mi-saison, le F.C.N. est cinquième derrière ces équipes. Puis le F.C.N. enchaîne vingt points en onze matchs. Lors de l'avant dernière journée, Nantes réalise la mauvaise affaire face à la lanterne rouge, le F.C. Rouen  (0-0). Le F.C.N. est à un point du leader Monaco. Tout se décidéra lors de la dernière journée. Le F.C.N. infligé 6-1 à l'O.G.C. Nice, mais l'A.S. Monaco gagne aussi à domicile. Le titre s'envole et le F.C.N. termine second. En Coupe des Clubs Champions, Les Canaris sont éliminés de justesse par l'Athético de Madrid en huitième de finale. Durant la saison, Jean-Paul Bertrand-Demanes, portier des Canaris, préservera sa cage pendant 567 minutes d'affilée.

L'équipe 1977 - 1978

L'intersaison est marquée par l'arrivée dans l'effectif de Victor Trossero, attaquant argentin. Ce début de saison est aussi marquée par l'inauguration du Centre Sportif de la Jonelière, en septembre 1978. Les installations rassemblent professionnels et la formation sur un site de neuf hectares. Le début de saison est difficile puisque aprés sept journées, le F.C.N. est 16ème, mais il comble sont retard pour remonter à la seconde place à la trève,  à deux points du R.C. Starsbourg.

Vue aérienne sur la stade

Cet écart sera aussi l'écart au final. Nantes termine pour la seconde année consécutive à la seonde place. La coupe de France va permettre d'oublier cette déception.

fcn-1979.jpg

L'équipe 1978 - 1979

Aprés avoir éliminer sans encombre, Beauvais, Thonon puis Nice, le F.C.N. rencontre en quart de finale l'Olympique de Marseille. Aprés un match aller remporté 3-1, L'O.M. fait trembler le F.C.N. au Vélodrome, puisqu'il le domine 4-2. En demi-finale, le tirage au sort est favorable au F.C.N.. Il rencontre et élimine Angoulème ( 6-2, 1-1). Voici le F.C.N. en finale pour la quatrième fois en finale d'une Coupe de France. A la surprise générale ce sera l'A.J. Auxerre, tombeur de R.C. de Strasbourg, club de seconde Division entrainée par Guy Roux.

Vue aérienne et les Populaires du stade Marcel Saupin

Tout le monde voit une victoire facile du F.C.N.. Mais il n'en est rien. Les Canaris sont poussés aux prologations, 1-1 aprés le temps règlementaire. Ils s'imposent au physique finalement, 4-1 grâce, notamment, à un triplé d'eric Pécout. Jean Vincent a tenu la promesse faite à Louis Fonteneau, de ramener la Coupe de France. La confiance est maintenue à Jean Vincent et il renouvelle son contrat pour trois ans. C'est la liesse dans la ville de Nantes, au retour des vainqueurs.

L'équipe de la finale

La saison suivante 1979/80, sera l'une des plus belles pour le F.C.N.. Peu de changements à l'intersaison. Le départ de Omar Sahnoun pour les Girondins de Bordeaux est compensé par l'arrivée de Enzo Trossero, milieu de terrain argentin. La lutte pour le titre de Champion est rude face à l'A.S. Monaco, l'A.S. Saint Etienne et le F.C. Sochaux notamment.

Vue générale sur la ville de Nantes avec le stade Marcel Saupin au premier plan

A la trève, Nantes est second derrière Monaco qui vient de le battre pour le dernier match de l'année 1979 (2-1). Monaco reste leader jusqu'à la fin mars. Sochaux puis Saint Etienne prennent le relais avant que les Canaris prennent définitivement la tête à cinq journées de la fin du championnat. c'est le cinquième titre pour le F.C. Nantes.

L'équipe 1979 - 1980

En Coupe des Coupes, le F.C.N. réalise un parcours formidable et n'est éliminé qu'en demi-finale par le F.C. Valence (Espagne). Lors de cette saison Henri Michel joue son 500ème match en D1 et avec le F.C. Nantes.

La saison 1980/81 débute pour le F.C.N., sans grand changement dans l'effectif, par une victoire à domicile. Aprés une élimination au seocnd tour de  la Coupe des Champions, Nantes reprend sa marche en avant et son duel avec l'A.S. Saint Etienne. Les Canaris perdent la tête du hampionnat lors de la 29ème journée au détriment des Verts. Lors de la 31ème journée, défaite à Marcel Saupin devant Auxerre (0-1). C'est la fin d'une série de 92 matchs à domicile sans défaite, débutée le 15 mai 1976. Finalement les Verts terminent Champions avec deux points d'avance sur les Canaris. Maxime Bossis est élu joueur français de l'année 1981.

L'équipe 1980 - 1981

A la reprise de la saison 1981/82, Eric Pécout est transféré à Monaco tandis que Nantes voit l'arrivée de Vahid Hallhodzic. Les Canaris sont à la peine et se trouvent dans le ventre mou du classement. A la mi-championnat, les Nantais ne sont que dizièmes à neuf points du leader stéphanois. Jean Vincent est en difficulté. Le 30 janvier 1982, Henri Michel joue son dernier match avec le F.C.N. suite à une blessure à l'entraînement et marque le fin de sa carrière aprés seize ans au club.

L'équipe 1981 - 1982

Au printemps de cette même année, le divorce est prononcé avec l'entraineur. Jean Vincent est évincé. Pour le remplacer, Jean Claude Suaudeau qui travaillait en bînome depuis décembre 1981 est nommé. Sur la fin de saison, le F.C.N. entame une remontée au classement (7 victoires sur 8 matchs) mais ne peut se qualifier pour une Coupe européenne. C'est une saison ratée pour le F.C. Nantes: Pas de qualification europénne, éliminé au premier tour de la Coupe d'Europe (par Lokeren) et de la Coupe de France (par Noeux les Mines). Maxime Bossis est une nouvelle fois élu meilleur joueur de l'année.

saupin-2-3.jpgsaupin-2-4.jpg

Deux tickets de matchs au stade Marcel Saupin

Vue extérieure des différentes tribunes

En six saisons passées à la tête du F.C. Nantes, Jean Vincent présente le plus beau palmarès du club: deux titres de Champion de France et une Coupe de France.

Le bilan de Jean Vincent

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site